Dernières lumières

Voici l’un des passages les plus connus de l’Ethique à Nicomaque.

« On admettra peut-être qu’il est préférable, et c’est aussi pour nous une obligation, si nous voulons du moins sauver la vérité, d’écarter même nos [sentiments] propres personnels, surtout quand on est philosophe : vérité et amitié nous sont chères l’une et l’autre, mais c’est pour nous un devoir sacré d’accorder la priorité à la vérité. » Aristote, Ethique à Nicomaque, I, 4, 1096a 13

Aristote pense ici notamment à Platon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *